Pièce numérique lituanienne expliquée par Egidijus Paleckis, project manager

Pièce numérique lituanienne expliquée par Egidijus Paleckis, project manager

  • septembre 14, 2019
  • par

Il y a quelques semaines, NUMISMAG vous a parlé du projet de monnaie numérique de la Banque de LITUANIE. Ce projet était très complexe et pour cette raison NUMISMAG a demandé quelques explications à Egidijus Paleckis, chef de projet à la Banque de Lituanie.

 

Egidijus Paleckis, responsable du projet de pièce numérique

NUMISMAG : Comment la Banque de Lituanie a-t-elle eu l’idée d’une pièce commémorative numérique (y a-t-il eu une demande des collectionneurs lituaniens en ce sens) ?

Egidijus Paleckis: Comme la Banque de Lituanie soutient l’innovation, nous avons décidé de commémorer le centenaire de la restauration de l’État lituanien d’une manière spéciale.

L’idée d’émettre la première pièce de collection (non circulante) numérique au monde a semblé être une façon parfaite de marquer cet événement marquant et de montrer au monde que la Lituanie est un pays progressiste et innovateur, toujours ouvert aux nouvelles idées. C’est pourquoi nous avons organisé un hackathon pour voir s’il existe des possibilités techniques pour créer une telle pièce.

Nous avons entamé nos préparatifs à partir de consultations avec les acteurs du marché et des procédures de passation des marchés publics. Cela nous a pris un certain temps, mais nous avons déjà atteint le stade de la mise en œuvre de ce projet.

Nous prévoyons que la pièce sera émise au début de l’année 2020.

Enfin, nous considérons la pièce de collection numérique comme un pas de plus vers la mise en œuvre de l’une des orientations stratégiques de la Banque de Lituanie dans le domaine de l’innovation et des FinTech, ainsi que de nos études dans le domaine de la « block chain ».

 

Equipes du projet de pièce numérique de la Banque de Lituanie

NUMISMAG : L’utilisation de la technologie de la « block chain » est elle destinée à la vente de la pièce par la Banque de Lituanie aux collectionneurs uniquement ? Les collectionneurs peuvent-ils ensuite utiliser cette technologie pour revendre ou échanger cette pièce sur le marché secondaire? Si cette pièce est vendue à sa valeur nominale et que les collectionneurs possèdent ensuite la technologie block chain pour la vendre ou l’échanger, cette pièce numérique ne deviendrait-elle pas simplement une pièce de circulation numérique?

Egidijus Paleckis:  Les principales caractéristiques qui distinguent les pièces de collection des pièces de circulation sont qu’elles sont vendues à un prix supérieur à leur valeur nominale et émises avec un tirage limité.

Les jetons seront en nombre limité, en lien avec une pièce physique et vendus à un prix supérieur à leur valeur nominale.

Les collectionneurs pourront d’abord acheter des jetons, les échanger et, après avoir collecté l’ensemble des jetons nécessaire, les échanger avec la pièce physique.

La Banque de Lituanie développera une boutique électronique spéciale, un porte-monnaie électronique pour conserver les jetons et une plate-forme pour leur échange.

En général, les objets numismatiques émis par la Banque de Lituanie, qui commémorent des événements, des phénomènes ou des personnages importants, ne sont destinés qu’à la collection.

Leur utilisation comme monnaie légale n’est pas encouragée.

NUMISMAG : Quel serait le prix de cette pièce numérique pour le public ? Serait-il vendu à un prix considérablement plus élevé que sa valeur nominale, comme des pièces commémoratives physiques, ou à une valeur beaucoup plus proche de sa valeur nominale ?

Egidijus Paleckis: La valeur finale et le prix de vente de la pièce de collection numérique sont encore à l’étude. Le Conseil d’administration de la Banque de Lituanie aura le dernier mot sur cette question à l’approche de la date d’émission. En général, nous suivons la même logique que pour les pièces physiques.

Par conséquent, le prix de vente devrait être supérieur à la valeur nominale de la pièce. Il est important de noter que les jetons numériques n’auront pas de valeur nominale, ni de cours légal.

NUMISMAG : Vous êtes le premier pays de la zone euro à émettre une monnaie numérique (contrairement au Bitcoin, qui n’est pas une monnaie). S’agit-il d’un test au niveau européen pour une pièce numérique officielle en euros ?

Egidijus Paleckis : En mettant en œuvre ce projet unique en son genre, la Banque de Lituanie espère ouvrir une nouvelle page de la numismatique mondiale et tester les possibilités offertes par la technologie « block chain ». En outre, en termes de réglementation et de supervision, nous cherchons à acquérir de l’expérience et des connaissances dans le domaine de la création d’une monnaie virtuelle.

Ce sujet revêt une importance particulière à la lumière des nouveaux défis auxquels sont confrontées les banques centrales. Des acteurs mondiaux  entrent sur le marché de la monnaie virtuelle. Certains pays discutent des possibilités d’émettre leur propre monnaie numérique.

Toutefois, en l’état, nos jetons numériques n’auront pas cours légal et il ne constituent pas à proprement parler une monnaie numérique.

 

NUMISMAG : Quel est le point de vue de la Commission européenne et de la Banque centrale européenne sur cette expérience ? 

Egidijus Paleckis:  La Commission européenne et la Banque Centrale Européenne sont au courant de ce projet et nous les consultons et leur fournissons les informations nécessaires.

Un représentant de la BCE était également présent lors du Hackathon. Les institutions s’intéressent à ce projet et aux innovations en matière monétaire.

NUMISMAG : Le risque de contrefaçon est-il élevé sur ce type de monnaie virtuelle ? Quelles mesures la Banque de Lituanie veut-elle prendre pour limiter ce risque ?

Egidijus Paleckis:  La sécurité est de la plus haute importance. Parmi les autres exigences de la plate-forme, une attention particulière est accordée à la sécurité – les jetons doivent être à l’épreuve de la contrefaçon. La plate-forme de vente de jetons doit être prête à faire face à un trafic d’ utilisateurs important et être protégée contre les cyber-attaques.

Nous nous concentrerons sur cet aspect avec une attention particulière. En plus de l’expertise de nos employés de la sécurité des TI, nous avons également fait effectuer des vérifications de sécurité des plateformes par des sociétés indépendantes.

NUMISMAG : La pièce sera dédiée à l’histoire de la Lituanie. Pouvez-vous nous dire plus précisément à quelle période ou à quel événement il sera consacré ?

Egidijus Paleckis : Elle sera dédiée aux signataires de la déclaration d’indépendance de la Lituanie, signée à Vilnius le 16 février 1918.

Projet de « Monnaie » numérique de la société METASITE 

avers et revers (Hackathon 2018)

Avers et revers de la « monnaie » numérique de la société ORCA (Hackathon 2018)

 

NUMISMAG : Si ce projet de numérisation des pièces est un succès, aimeriez-vous répéter cette expérience avec d’autres pièces à l’avenir ?

Egidijus Paleckis : Ce projet a d’abord été considéré comme une occasion unique. Cependant, le développement de FinTech a atteint un tel rythme qu’aujourd’hui, il est même impossible de prédire ce qui va arriver dans un avenir proche. Nous pouvons donc répondre à cette question: « Pourquoi pas ».

 

Sources: Bank of LITHUANIA et NUMISMAG.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Newsletter signup

RECEVEZ GRATUITEMENT
LES ACTUALITÉS

Merci de patienter

Merci pour l'inscription

×