La BEAC s’inquiète d’une pénurie de pièces de monnaies

La BEAC s’inquiète d’une pénurie de pièces de monnaies

  • février 12, 2020
  • par

La BEAC (Banque des Etats d’Afrique Centrale) s’inquiète du fait qu’il est de plus en plus difficile pour les commerçants et les usagers de disposer de pièces de monnaie dans la zone du franc CFA. Depuis un an, la raréfaction des pièces de monnaie est observée sur le marché camerounais notamment.

Abbas Mahamat Tolli, gouverneur de la BEAC, a déclaré, selon la radio-television turque (TRT) « Je n’ai pas une connaissance précise de ce phénomène. Mais je sais que, par voie de presse, il y a des comportements de certaines entreprises qui, non seulement transfèrent des pièces de monnaie FCFA, mais exportent ces pièces ».

« Nos services mènent des enquêtes avec les autorités des pays membres [de la Cemac] pour déterminer l’ampleur de ce phénomène afin de nous doter des moyens pour le circonscrire. Il y a déjà des mesures d’interdictions qui sont prises çà et là. C’est un sujet sur lequel nos équipes sont à pied d’œuvre pour déterminer l’ampleur, les circuits, et l’historicité », a poursuivi ce dernier.

 

 

Les monnaies en francs CFA-CEMAC

Les pays utilisateurs : Cameroun, Gabon, Guinée équatoriale, République centrafricaine, République du Gongo et Tchad

 

La BEAC s'inquiète d'une pénurie de pièces de monnaies

Les officiels de la BEAC, inquiets de la situation de pénurie de pièces de monnaie

 

Une explication semble toutefois pouvoir être avancée. Des opérateurs asiatiques sont déjà pointés du doigt. « Les Chinois possèdent dans plusieurs villes camerounaises les machines à sous, dans des salles de jeux, qui servent à collecter les pièces de 50 et 100 FCFA. Des Chinois en partance pour leur pays, avaient été interpellés maintes fois à l’aéroport de Yaoundé, en possession de sacs de pièces de monnaie », a souligné le ministre camerounais des Finance, Louis Paul Motaze.

« Certains de nos compatriotes auraient fait de la collecte des pièces une activité rémunérée au profit des Asiatiques. Il s’agit d’un vaste réseau de trafic de pièces de monnaie. Le gouvernement fait de son mieux pour le démanteler », a ajouté le ministre des Finances.

Cette hypothèse est confirmée par d’autres opérateurs présents au Cameroun.

D’après le Groupe international d’étude sur le Cuivre (ICSG), ce métal est toujours autant prisé à cause de sa valeur marchande et se revend à prix d’or à plus de 6.000 euros la tonne.
« Ceci peut expliquer la raison pour laquelle les pièces de monnaies camerounaises sont clandestinement exportées en Chine », estime l’ICSG tout en indiquant que le meilleur cuivre provient du Congo (RD).

« Vos pièces de monnaie exportées en Chine ne servent pas seulement à fabriquer des bijoux, elles sont également moulées pour faire des cadeaux », ajoute la même source.

Le spécialiste chinois des bijoux en or, Lao Feng Xiang, souligne que la bijouterie traditionnelle chinoise peut être faite de pierre, de perles, disques de jade, de cordon, et de pièces de monnaie « dont celles exportées de certains pays africains tels que le Cameroun ».

Une affaire à suivre…

 

La BEAC s'inquiète d'une pénurie de pièces de monnaies

 

Sources: TRT et NUMISMAG.

1 Commentaire

  1. Jeremy Pureur

    13th Fév 2020 - 18 h 21 min

    6000e la tonne? Ça ne tient pas debout. Une tonne de pièces de 100 cfa ça fait 25400e au taux fixe de 655,957 fcfa pour un euro. Pour moi ce sont les machines à sous qu’il faut viser.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Newsletter signup

RECEVEZ GRATUITEMENT
LES ACTUALITÉS

Merci de patienter

Merci pour l'inscription

×