2€ commémorative D DAY 2014 – une pièce BE à plus de 100€

2€ commémorative D DAY 2014 – une pièce BE à plus de 100€

En 2014, la France commémorait le débarquement de NORMANDIE, opération plus connue sous le nom de code « NEPTUNE », première étape d’un plan de reconquête de l’Europe de l’Ouest, connu lui sous le nom « d’opération Overlord ». L’expression « D DAY » est la traduction de l’expression « Jour J » en anglais, souvent utilisée dans la langue courante pour désigner le débarquement en Normandie.

L’opération NEPTUNE débute dans la nuit du 5 au 6 juin 1944 par des bombardements aériens et des lâchés de parachutistes américains (environ 13 000 hommes). Le but de ces troupes était de s’installer sur les lieux de leur parachutage, murement choisis pour couper les routes aux divisions blindées de renfort allemandes qui pourraient être appelées pour rejeter à la mer les troupes anglo-américaines.

Amenés par 5 000 bateaux, 50 000 américains et 70 000 anglo-canadiens prennent pieds sur les côtes normandes. Non sans difficultés, puisque les américains perdent à eux seuls 3 000 hommes au cours de cette première journée, sur la place d’OMAHA. En tout, les alliés perdent 10 000 hommes en 24 heures.

 

2€ commémorative D DAY 2014 - une pièce BE à plus de 100€

 

Les troupes allemandes opposent une farouche résistance mais lâchent finalement leurs positions sous la pression alliée, les bombardements aériens et navals et la trop lente et trop entravée réaction des renforts mécanisés allemands. Le Maréchal ROMMEL n’avait il pas déclaré devant son état major quelques mois auparavant que « La bataille serait soit gagnée tout de suite sur les plages, soit irrémédiablement perdue ». Un présage pour le sort de l’armée allemande…

La participation française à ces opérations souvent décrite comme symbolique n’en fut pas moins réelle. Les maquisards ont tout d’abord été mobilisés pour semer le trouble sur les arrières des troupes allemandes. Ensuite, beaucoup de français ont été engagés dans les forces aériennes qui ont soutenues le débarquement. Plusieurs escadrilles de chasse françaises ont participé à cette opération. Des bâtiments des FFL (Forces Françaises Libres) ont également été engagés pour soutenir les opérations de débarquement. Enfin outre le très célèbre commando KIEFFER et son coup de main sur le port de Ouistreham, des parachutistes membres du SAS français avaient également été parachutés dés les premières heures de l’opération, principalement pour réaliser des opérations de sabotage.

En 2014, la Monnaie de Paris a émis une pièce de 2€ afin de commémorer cet évènement.

Sur l’avers de la pièce sont gravés les mots «D-DAY».  Une barge de débarquement et le canon d’un char y figurent également. Les dates de commémoration 1944-2014 sont inscrites au-dessus du canon du char, ainsi que la mention «70e anniversaire du débarquement».

Les empreintes très particulières des brodequins portés par les soldats des armées américaine, britannique et canadienne disparaissent peu à peu, effacées par une vague.

La phrase de Verlaine servant de code pour annoncer le début du débarquement est gravée sur la vague: «les sanglots longs des violons de l’automne blessent mon cœur d’une langueur monotone».

La pièce fut émise le 6 juin 2014.

 

2€ commémorative D DAY 2014 - une pièce BE à plus de 100€

 

Elle est déclinée en trois qualités de frappe:

  • une frappe en qualité UNC à hauteur de 3 000 000 de pièces.
  • une frappe en qualité BU à hauteur de 10 000 pièces en coincards
  • une frappe en qualité BE à hauteur de 10 000 pièces présentées dans une boite

 

2€ commémorative D DAY 2014 - une pièce BE à plus de 100€

coincard BU 2€ 2014 D DAY

 


Une pièce en qualité BE très recherchée


 

Alors que la pièce en qualité UNC cote entre 4 et 5€, la pièce en qualité BU peut se vendre entre 35 et 45€. La pièce en qualité BE peut se vendre entre 150 et 180€.

 

2€ commémorative D DAY 2014 - une pièce BE à plus de 100€

2€ BE D DAY 2014, une pièce très recherchée!

 

Différents facteurs peuvent expliquer cette envolée du prix de la pièce, en frappe belle épreuve.

Elle porte sur un sujet historique et populaire fortement encré dans la conscience collective des pays alliés, au delà des simples collectionneurs. Elle intéresse donc un public plus large que celui des numismates.

Son tirage de 10 000 exemplaires est un tirage raisonnable, en temps ordinaires. Face à une demande accrue, les stocks des revendeurs ont été plus rapidement épuisés en 2014. La pièce est entrée directement dans le patrimoine des acheteurs, collectionneurs ou non.

Le fait que, sur une plate-forme de vente en ligne allemande réservée aux marchands, aucune 2€ BE n’est à vendre à la date où cet article est mis en ligne en est le signe flagrant. Les marchands n’ont pas de stocks. Les pièces sont donc bien chez les collectionneurs ou les simples particuliers qui les ont achetées.

Deux facteurs essentiels à la formation d’un prix solide de collection sont donc réunis pour que cette pièce s’apprécie dans le temps.

La dernière vente aux enchères sur une plate-forme de vente en ligne s’est conclue sur un prix de 165€, hors frais de port.

 

Sources: NUMISMAG.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Newsletter signup

RECEVEZ GRATUITEMENT
LES ACTUALITÉS

Merci de patienter

Merci pour l'inscription

×